Les avantages financiers d’apporter son lunch au travail

Publié

Un conseiller peut vous venir en aide.  Ouvrir une session 1866 833-7690 travailsantevie.com
Grâce à Parcours d’enfant, obtenez du soutien pour votre enfant.


Des collègues déjeunent ensembleAprès avoir dépensé 260 $ à l’heure du dîner, j’ai réalisé à quel point j’économisais en préparant mon lunch. Oui, oui, en plus, je mangeais seul, mais ne me jugez pas tout de suite. Il se pourrait que vous dépensiez encore plus que moi pour dîner si vous prenez quelques minutes pour y penser. Le problème, c’est que la majorité d’entre nous ne s’attardent même pas à cette question.

Alors, comment ai-je pu trouver un dîner aussi cher? En réalité, c’est lui qui m’a trouvé. Je travaillais au centre-ville ce jour-là et j’ai décidé de me rendre au centre commercial souterrain pour prendre une bouchée. En route vers la foire alimentaire, j’ai vu de magnifiques cravates en solde. Je n’ai pas pu résister. Il me fallait aussi des chemises coordonnées, qui elles n’étaient pas en solde. Voilà, je venais de dépenser 250 $. (J’ai dépensé les autres 10 $ à la foire alimentaire, au comptoir Szechuan, au cas où vous vous poseriez la question.)

Je l’avoue, ce sont des achats impulsifs. Ce n’est pas quelque chose qu’on devrait faire souvent. Or, les gens le font. Ils y sont poussés. Mon centre commercial souterrain mesure 30 km de long, et compte 1 200 magasins ouverts uniquement les jours de semaine. Pensez-y quelques minutes. Les revenus de ces magasins reposent uniquement sur les employés en pause-café ou en pause-repas! Vous ne travaillez peut-être pas dans un centre commercial, mais il y a de fortes chances que vous y dépensiez beaucoup plus d’argent que vous ne le croyez pendant vos pauses.

Voici les avantages financiers non négligeables d’apporter son lunch :

  • Vous trouverez rarement un repas à moins de 12 $ dans un restaurant avec service aux tables.
  • Au coût du repas, il faut ajouter les « à-côtés » comme une boisson, les taxes et le pourboire. Si, un repas sur quatre, vous commandez une entrée, vous ajoutez en moyenne 3 $ à chaque repas.
  • En mangeant dans un restaurant avec service aux tables deux jours par semaine et dans une foire alimentaire trois jours par semaine, je dépense 70 $ par semaine pour dîner (excluant les desserts et le magasinage). À bien y penser, ça correspond à 3 500 $ par année! En plus, si je suis dans la tranche d’imposition à 30 %, ça correspond à des revenus de 5 000 $ dépensés uniquement pour me nourrir le midi! Pensez-y!

Pour 5 000 $, j’apporterai mon lunch avec plaisir, tout en le faisant intelligemment :

  • Vous pouvez acheter les mêmes ingrédients (par exemple, du jambon, du fromage et des craquelins) pour seulement quelques sous par semaine.
  • En faisant cuire une dinde entière, en la découpant et en la congelant en portions, vous aurez le meilleur sandwich à la dinde au monde (ajoutez-y de la mayonnaise, des canneberges et de la laitue, le tout sur du pain de blé concassé). En plus, votre sandwich vous aura à peine coûté quelques dollars.

Réfléchissez à tous les avantages financiers d’apporter votre lunch au travail : vous consommerez des aliments sains et savoureux, vous réaliserez des économies importantes et vous éviterez les achats impulsifs. Ça ne me dérange pas de cuisiner la fin de semaine si je sais que j’aurai de bons lunchs pour la semaine. Honnêtement, c’est amusant. En plus, peu importe ce que je cuisine, que ce soit un bon sandwich au rôti de bœuf avec cornichons sur pain de seigle frais (3 $) ou de délicieux pains fourrés au homard bien garnis (7 $), je sais que je vais économiser un tas d’argent gagné à la sueur de mon front. Et… franchement, j’ai déjà assez de cravates comme cela!


Pour obtenir plus de conseils et des ressources, visitez notre site travailsantevie.com
Grâce à Parcours d’enfant, obtenez du soutien pour votre enfant.

Tags: