Trois mythes répandus au sujet de la vision affaiblie des personnes âgées

Publié

une femme âgéeTout le monde vieillit, c’est inévitable. En vieillissant, notre corps change, et nos yeux ne sont pas à l’abri de ces changements. Selon les plus récentes conclusions de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il y aurait dans le monde 285 millions de personnes qui présentent une déficience visuelle : 39 millions d’entre elles sont aveugles et 246 millions présentent une baisse de l’acuité visuelle. Fait étonnant, 80 % de l’ensemble des déficiences visuelles sont évitables ou curables. Malheureusement, les mythes relatifs à la vision continuent de se répandre. Lorsque vous entendez le terme « déficience visuelle », à quoi pensez-vous? À la cécité? Pensez-vous aux chiens-guides et aux personnes munies d’une canne blanche? De nombreux mythes entourent la déficience visuelle, surtout chez les aînés, dont trois en particulier perdurent.

 

Premier mythe : je ne vois pas bien, je suis aveugle!

 Comme c’est le cas de bien des choses dans la vie, tout n’est pas noir ou blanc avec la vision. En fait, elle peut varier.

  • La majorité des gens peuvent atteindre une vision normale de 20/20 grâce à des lunettes ou des verres de contact.
  • Une perte de vision légère à modérée survient quand il est difficile de lire ou de reconnaître les visages.
  • Dans le cas d’une perte de vision grave, la personne voit des ombres ou ne perçoit pratiquement pas la lumière (ce qui signifie qu’elle vit dans la noirceur la plus totale).
  • Il est très rare qu’une personne soit complètement aveugle et qu’elle ne voie pas la lumière du tout.

Ce n’est pas parce que vous ne pouvez plus lire que vous êtes aveugle. Il s’agit plutôt d’un début de déficience visuelle. La plupart des ophtalmologistes préfèrent parler de basse vision pour décrire une vision réduite de façon permanente qui ne peut être corrigée par des lunettes, des verres de contact, des médicaments ou la chirurgie.

 

Deuxième mythe : En vieillissant, on perd la vue. Il n’y a rien à faire, je dois juste l’accepter.

Il y a des choses simples que vous pouvez faire pour vous aider à protéger votre vue en vieillissant. L’Institut national canadien pour les aveugles (INCA) suggère ce qui suit :

  • Cessez de fumer. Les fumeurs sont trois à quatre fois plus susceptibles de développer une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), première cause d’une importante perte de vision chez les gens âgés de 50 ans et plus au Canada.
  • Menez une vie saine. Un régime riche en matières grasses et faible en nutriments peut augmenter le risque de DMLA. Bougez : un excédent de poids, un style de vie sédentaire et de l’hypertension artérielle sont tous des facteurs de risque pouvant conduire à la DMLA et à la rétinopathie diabétique.
  • Protégez vos yeux des rayons du soleil. Une exposition aux rayons du soleil est associée à un plus grand risque de développer la DMLA et des cataractes. Portez un chapeau à larges bords et choisissez des lunettes de soleil qui vous procurent au moins 98 pour cent de protection des rayons ultraviolets (UV). Vérifiez l’étiquette du vendeur pour connaître le pourcentage de protection des UV avant d’acheter.

 

Troisième mythe : Si je perds la vue, je perds mon indépendance et ma qualité de vie.

Il semble y avoir des préjugés à l’égard de la perte de la vision. Les gens craignent d’être isolés, de perdre leur indépendance et de devenir un fardeau pour leur entourage, ce qui peut diminuer leur qualité de vie. Si vous éprouvez des problèmes de vision, il existe des services pour vous aider. Grâce à une recommandation de votre médecin, vous pouvez accéder aux services offerts par des centres de réadaptation visuelle au Canada. Ces centres peuvent vous aider comme suit :

  • fournir des appareils adaptés, comme une loupe, des lampes spéciales et d’autres appareils, et des conseils sur l’éclairage de votre maison, la façon de modifier les boutons de votre cuisinière ou de votre four à micro-ondes pour en faciliter l’utilisation et pour simplifier votre quotidien et vos activités;
  • améliorer votre sens de l’orientation et votre mobilité : lorsque votre vision se détériore et que vous devez utiliser une canne, un professeur spécialisé en réhabilitation visuelle peut se rendre chez vous pour vous enseigner comment vous déplacer dans votre maison et en ville, marcher de façon sécuritaire et utiliser les transports en commun.

La bonne nouvelle, c’est qu’il faut se débarrasser de ces mythes. L’aide existe si vous en avez besoin. Il est important de faire examiner vos yeux régulièrement par un optométriste, qui est le mieux placé pour vous aider à maintenir la santé de vos yeux et vous aider si des problèmes de vision surviennent.


Par Tanja Gninka. Tanja est titulaire d’un baccalauréat en psychologie de l’Université Concordia. Elle a travaillé plus de 10 ans en recherche, dont elle a consacré plusieurs années à la déficience visuelle. Elle a toujours eu un intérêt particulier pour la santé et la nutrition, ce qui l’a amenée à obtenir un certificat en tant que spécialiste en nutrition et perte de poids de CanfitPro. Tanja fait partie de l’équipe du programme Entraîneur interactif de Shepell.