Vivre le deuil d’un parent

Publié

Un conseiller peut vous venir en aide. 1866 833-7690 travailsantevie.com


une personne âgéeMon père est décédé l’été dernier à l’âge de 90 ans. Il est normal que nos parents décèdent avant nous, mais pour la plupart des gens, cette perte entraîne un deuil des plus profonds.

Nos relations avec nos parents évoluent avec les années, changeant et gagnant en maturité à mesure que nous franchissons les étapes de la vie; il en va de même avec notre compréhension mutuelle. Au début, nous voyons nos parents avec nos yeux d’enfant. Puis, nous les redécouvrons à mesure que nous surmontons les défis et assumons les responsabilités qu’apportent l’adolescence et l’âge adulte. Ensuite, nous devenons nous-mêmes parents, et ils deviennent grands-parents. Ils veillent sur nous dès notre naissance, pendant notre enfance, notre adolescence et même parfois notre vie adulte. Nous ne sommes plus des enfants et ils le savent bien, mais au fond, nous resterons toujours leur enfant.

Nous les regardons vieillir en même temps que nous, puis leur fragilité se dévoile avec les années qui s’accumulent. Nous constatons leur humanité, leur vulnérabilité, et nous ressentons de la compassion pour eux. Nous en venons à vraiment les connaître et les comprendre, d’une manière qui ne nous était pas accessible lorsque nous étions des enfants. Et un jour, ils disparaissent.

La capacité d’évoluer ensemble est un véritable cadeau de la vie et en raison de ce lien présent depuis le début de notre vie, le deuil est profond. Nous perdons le sentiment rassurant de leur présence et le lien avec notre passé, l’histoire de notre famille et ses anecdotes, même si nous gardons le souvenir de nos parents pour le reste de notre vie. Il n’y a pas d’âge pour être orphelin.

Je me demande ce que vivent les personnes qui, contrairement à moi, perdent leurs parents prématurément. Je me demande aussi à quel point le deuil peut être complexe et déroutant si leurs relations avec leurs parents étaient négatives, conflictuelles ou chargées de reproches qui n’ont jamais été pardonnés. Quelle que soit la nature de la relation, la perte d’une personne qui, pour le meilleur ou pour le pire, a été responsable de notre naissance et de notre éducation est une expérience marquante et très personnelle.

Vivre un deuil nous donne l’occasion de réfléchir. Je crois que cela en vaut la peine, car cela nous permet de nous remémorer nos souvenirs, de prendre conscience de notre identité et de nos origines alors que nous nous apprêtons à commencer un nouveau chapitre de notre vie. Acceptez votre deuil, vivez-le et chérissez les personnes que vous pleurez. Si vous avez de la difficulté à vivre votre deuil, parlez à un conseiller qui pourrait vous aider à le surmonter.

Par Dale Gillespie

Tags: , , ,