Apprendre le jargon des procédures de sécurisation dans les écoles

Publié

Un conseiller peut vous venir en aide. 1866 833-7690 travailsantevie.com


un garçon est à la recherche d'une fenêtre à l'écoleLa plupart des adultes se souviennent sûrement des exercices d’urgence auxquels ils ont participé à l’école, que ce soit ceux où ils devaient baisser la tête et se protéger comme à l’époque de la guerre froide ou une simple évacuation en file indienne lors d’exercices d’incendie. Ces activités semblent presque ridicules en comparaison du sérieux entourant les exercices de sécurisation qui ont maintenant lieu dans les écoles de nos enfants. Ces exercices font pourtant partie de leur vie, et bien qu’on déplore que le monde ait changé, nous ne pouvons éviter de parler des procédures de confinement. Nous devons prendre conscience que nos enfants participent à ces exercices et qu’ils peuvent avoir besoin de soutien pour gérer leurs émotions.

Voici quelques termes de base que tous les parents devraient connaître :

  • « Confinement barricadé » : procédure à suivre en cas d’incident violent ou de menace d’incident violent touchant l’école, ses élèves et son personnel.
  • « Confinement pour sécurité » : procédure à suivre face à une situation dangereuse évoluant à proximité de l’école sans toutefois avoir un rapport avec elle, par exemple, un vol dans une banque ou dans un commerce avoisinant. Les portes de l’école sont alors verrouillées et le demeurent jusqu’à la résolution de la situation.
  • « Confinement pour urgence environnementale » : procédure réservée spécialement à une situation mettant en cause un incident environnemental local ou des conditions météorologiques extrêmement inclémentes. Elle vise à protéger les élèves et le personnel des dangers provenant de l’extérieur du bâtiment, comme un ouragan ou une importante tempête de neige.

Voici quelques conseils qui vous aideront à parler de cette expérience avec votre enfant :

  • Faites-le de façon informelle : posez-lui des questions sur l’exercice comme vous le feriez à propos de ses devoirs. Laissez votre enfant mener la conversation afin qu’il exprime le fond de sa pensée et qu’il prenne conscience de ses émotions.
  • Prenez-en l’habitude : demandez à votre enfant si sa journée s’est bien déroulée, si un événement particulier est survenu aujourd’hui. C’est une excellente occasion de parler avec lui des bons et moins bons moments, et de déterminer le niveau d’anxiété de votre enfant.
  • Soyez vrai : exprimez ce que vous ressentez au sujet de ces exercices, parlez‑lui des exercices de sécurisation ou de confinement que vous avez vécus au travail et lorsque vous aviez son âge. Le fait de savoir que ces exercices ont lieu partout et que vous êtes disposé à parler de vos propres émotions aidera à rassurer votre enfant.

En réalité, les mesures de sécurisation ou de confinement peuvent être déclenchées partout en ville, que ce soit dans les écoles ou au travail, et elles peuvent s’avérer angoissantes pour un enfant, voire même pour un parent. Vous pouvez grandement contribuer à atténuer l’anxiété de votre enfant en vous renseignant sur ces exercices et en suscitant la curiosité de votre enfant à leur égard au lieu que ses questions soient nées de la peur. Il faut l’inciter à exprimer ses émotions lorsque le sujet des mesures de confinement est abordé avec lui.