SEXTORSION : la nouvelle arnaque du cyberprédateur — Première partie

Publié

SEXTORSION : la nouvelle arnaque du cyberprédateur — Première partieIl y a fort longtemps, lorsque j’étais adolescente, le simple fait de jeter un coup d’œil au roman L’Attrape-cœurs à la bibliothèque était considéré comme très osé. Mon amie a découvert la pile de magazines Playboy du voisin dans les poubelles. Elle l’a habilement subtilisée et cachée sous un gros rocher dans sa cour, nous assurant des heures de découvertes et de rires étouffés. Tout ce qui était tabou à l’époque était tellement excitant.

À l’époque, les fruits défendus qu’étaient la pornographie légère et le langage vulgaire étaient plus étroitement surveillés et difficiles à explorer. Même les réalités de la vie quotidienne étaient jugées trop impudiques. Les publicités pour les tampons et les condoms n’existaient même pas! À la télé, les couples mariés comme Desi et Lucy, de la série I love Lucy, dormaient chacun dans leur lit, et les règles télévisuelles exigeaient que les personnages aient au moins un pied au sol pendant les scènes d’amour, pour que la vertu soit sauve!

En ce 21e siècle, l’information n’est plus aseptisée. Le monde virtuel offre des millions de possibilités à tous les regards. La censure n’est plus de mise et a été remplacée par des notions plus modernes comme la transparence, les prérogatives et l’autonomie. À cet égard, Internet est le héros du 21e siècle, car il permet d’accéder librement à des choix de placement, à des carrières, à des interactions sociales et à des événements en temps réel. Or, les médias sociaux présentent souvent du contenu indécent, voire obscène. Par exemple, un site Web explique carrément à nos filles comment « perdre leur virginité en 10 étapes »!

Le côté sombre des médias sociaux pour nos enfants

Comme tous les outils, Internet et les médias sociaux sont neutres. En tant que parents, nous devons savoir que ces outils peuvent être corrompus et utilisés à mauvais escient, comprendre que leur côté salace attire nos enfants et nous rendre compte à quel point le prétendu anonymat en ligne invite à l’intimidation et aux comportements irréfléchis. Nous sommes vigilants et enseignons à nos enfants à se méfier des dangers de la rue et des étrangers. Nous leur demandons d’être attentifs à ce qui les entoure et de fuir les adultes à l’air avenant qui « ont besoin d’aide pour retrouver leur chien ». Mais savons‑nous ce qu’il y a au bout de leurs doigts? Téléphones intelligents, tablettes, ordinateurs… Ces appareils sontdésormais l’équivalent de l’étranger dans le parc. Or, ce type de prédation en ligne est beaucoup plus insidieux et difficile à cerner. Oh, comme il est loin le temps où il suffisait de cacher les exemplaires de L’Attrape-cœurs!

Ce qu’il faut savoir que la « sextorsion »

La cyberintimidation prend désormais un visage beaucoup plus effroyable : des prédateurs flattent les victimes pour arriver à les convaincre de leur fournir des images et des renseignements de nature sexuelle, dans le but d’obtenir des faveurs sexuelles. Il n’y a pas mille manières de décrire ce comportement… c’est du chantage pur et simple. La sextorsion n’est pas uniquement un nouveau terme à la mode, c’est également un délit reconnu. Nos enfants doivent savoir de quoi il s’agit et ce qu’ils doivent faire pour s’en protéger.

Contrairement aux autres types de prédateurs, les personnes qui pratiquent la sextorsion n’ont aucunement l’intention de nouer une relation. Tout ce qu’elles veulent, c’est du matériel pornographique. Ces escrocs passent leur temps à prendre des images indécentes, principalement de jeunes filles et garçons. Ils visent principalement les enfants et les adolescents, mais font également des victimes parmi les femmes.

Comment cela se produit-il? Que faire pour se protéger et protéger nos enfants? Vous le saurez dans la deuxième partie de ce billet.

Si vous désirez connaître des stratégies afin de prévenir les agressions des cyberprédateurs, nous vous invitons à parler à un conseiller ou à consulter nos ressources sur le rôle parental et le mieux-être.

Tags: