Les médias sociaux : où tracer la limite?

Publié

Les médias sociaux : où tracer la limite?Il semble que tout le monde se soit joint à la mode des médias sociaux, sous une forme ou une autre. Que l’on parle de Facebook, de Twitter, d’Instagram, de Tumblr, de Pinterest ou de la multitude de blogues trouvés sur la toile, ce ne sont là qu’une fraction des possibilités qui s’offrent à nous pour exprimer notre opinion ou parler de nos expériences. Pour ma part, je suis déjà inscrite à cinq réseaux sociaux différents, qui me servent à demeurer en contact avec mes amis et ma famille, à exprimer mes opinions et à approfondir mes connaissances. Toutefois, on a récemment attiré mon attention sur les problèmes que peuvent engendrer les médias sociaux, et je me suis interrogée sur les motivations de mes pairs à l’égard de l’utilisation qu’ils en font.

Le saviez-vous?

  • Une étude menée auprès d’adolescents a révélé que leur nombre d’heures passées sur Facebook au cours d’une période donnée était inversement proportionnel à la satisfaction qu’ils éprouvaient à l’égard de leur vie.
  • Une récente étude sur le comportement en ligne de jeunes Canadiens a révélé que 48 % des participants avaient constitué au moins un compte virtuel au moyen de renseignements fictifs, qu’ils utilisaient ensuite pour accéder à des sites Internet réservés aux adultes ou qui comportent des restrictions liées à l’âge.

Ces données font quelque peu la lumière sur les problèmes de santé mentale chez les adolescents et sur la cyberintimidation. Elles me poussent aussi à m’interroger sur les répercussions des médias sociaux sur l’estime de soi des adolescents.

D’un côté, les médias sociaux favorisent une bonne estime de soi, car ils :

  • nous donnent l’occasion de recevoir directement des commentaires constructifs;
  • nous permettent d’accumuler des souvenirs de moments heureux qui façonneront positivement nos expériences de vie;
  • nous font découvrir de nouveaux moyens d’explorer nos capacités créatives et d’étancher notre soif de connaissances.

Paradoxalement, ils peuvent aussi nuire à notre estime de soi, car ils :

  • nous exposent à une concurrence malsaine et aux jugements de gens qui comparent d’autres photos et écrits avec les nôtres;
  • nous forcent à lire les commentaires injurieux de gens figurant dans notre liste de contacts et d’autres dont le compte est anonyme;
  • nous transmettent à profusion des messages qui nous incitent à étoffer davantage notre profil ou à relever des défis en affichant certains messages ou des photos de soi.

Mes expériences en ligne ont suscité en moi des émotions partagées : certes, j’ai appris des choses fascinantes et fait de nouvelles connaissances, mais je n’ai toutefois pu échapper aux pensées et aux émotions négatives, sans compter les proches que j’ai vus blessés à cause des médias sociaux. Voici donc certains conseils que je tente d’appliquer afin de conserver un équilibre :

Faites une trêve de technologie

Chaque mois, passez une journée sans vous connecter. Étonnamment, ce sera plus ardu que vous ne le croyez, mais le jeu en vaut la chandelle, car vous vous éloignerez temporairement du monde virtuel pour revenir à l’écoute de vos émotions et de vos pensées. Se recentrer ainsi sur soi aide à prendre un recul par rapport aux situations, et cela s’accomplit uniquement au moyen d’une bonne réflexion.

Réfléchissez avant d’agir

Avant d’envoyer ou d’afficher quoi que ce soit, prenez le temps de vous poser les questions suivantes : « Ce que je désire afficher blessera-t-il quelqu’un? Pourrais-je regretter plus tard ce que je m’apprête à faire? Est-ce vraiment mon intention d’afficher ce message ou cette photo, ou bien m’a-t-on mis au défi de le faire? »

Lorsque je m’apprête à afficher quelque chose sous l’impulsion du moment, voici le raisonnement éclair que j’applique pour me donner du recul :

  1. Je songe à l’opinion et à l’amour de mes proches, auxquels j’accorde de l’importance.
  2. Je me demande ensuite : « Est-ce que je serais à l’aise de leur montrer ce que je m’apprête à afficher? »

Si la réponse est non, je supprime ce que je voulais afficher, même si le message ou la photo en question était très drôle.

Les médias sociaux peuvent être un outil merveilleux. Ils ouvrent la porte sur un monde d’information et d’inspiration, mais ils exigent par le fait même une grande prudence. Une utilisation irresponsable ou irréfléchie des médias sociaux est susceptible de détruire des réputations, d’infliger des blessures cuisantes, d’ébruiter des renseignements personnels avec des conséquences désastreuses et de creuser un fossé entre nous et les gens avec qui nous voulions renouer contact.

Si vous avez des préoccupations à propos de vos activités sur les médias sociaux ou celles de votre enfant, un conseiller peut vous venir en aide. Découvrez quelques-unes des options qui s’offrent à vous sur le site travailsantevie.com et constatez qu’il est plus facile que jamais d’accéder au PAEF à votre convenance, le jour ou la nuit, à la maison ou ailleurs.