C’est le printemps : mettons de l’ordre dans nos idées

Publié

C’est le printemps : mettons de l’ordre dans nos idéesChaque printemps, je me souviens du temps où j’étais à la maison, dans les Maritimes, et de ma mère qui commençait son grand ménage du printemps. Avec six enfants à la maison, ce n’est pas les bras qui manquaient pour l’aider à accomplir la tâche colossale de nettoyer la maison de fond en comble. Quand j’y repense, il me semble qu’une ou deux semaines étaient nécessaires pour faire le ménage des trois étages de notre maison. Ce rituel fait partie de ma vie depuis toujours. Pour moi, le printemps signifie que l’hiver est enfin terminé et que c’est le temps de sortir les produits nettoyants pour laver les planchers, les murs et les plafonds. Oui, oui, les plafonds aussi! C’est aussi le temps de se libérer du superflu. Le grand ménage du printemps est le moment de jeter nos vieilleries et de recommencer à neuf.

Le grand ménage du printemps m’amène à penser au grand ménage de nos idées. Jusqu’à un certain point, nous sommes tous coupables de ressasser des pensées parasites alors que nous devrions lâcher prise. Nous sommes surchargés. Vous êtes peut-être en colère contre un membre de votre famille ou un ancien amoureux. Vous vous promettez peut-être depuis longtemps d’accomplir une tâche donnée sans y arriver. Nous nous accrochons à certaines choses qui nous empêchent d’avancer. Le printemps constitue l’occasion par excellence de laisser aller ce qui nous tire vers l’arrière et de prendre un nouveau départ. Imaginez comment vous vous sentiriez libéré si vous pouviez vous débarrasser de ces vieilles pensées qui ne servent qu’à nous angoisser. Comme pour le grand ménage du printemps de notre maison, nous devons d’abord préparer notre environnement et regrouper ce dont nous avons besoin pour accomplir le travail.

Voici cinq étapes pour faire le grand ménage du printemps de vos idées :

  1. Prévoyez du temps pour faire le travail : Accordez-vous quelques heures pour accomplir cette tâche ou du moins la commencer. Vous pouvez profiter de votre temps libre le dimanche matin, ou sortir de la maison et vous rendre dans un café près de chez vous.
  2. Regroupez ce dont vous avez besoin : Apportez un papier et un crayon, ou un appareil mobile comme une tablette ou un ordinateur portable. Évitez les distractions en éteignant votre téléphone et en désactivant les alertes sur votre appareil mobile. Le mode avion est un excellent moyen de vous couper de tous les appels et les alertes.
  3. Installez-vous confortablement : Préparez-vous une bonne tasse de thé ou votre boisson préférée. Évitez l’alcool afin d’avoir les idées claires et de ne pas brouiller votre jugement.
  4. Commencez votre ménage : Dressez la liste des problèmes que vous traînez depuis longtemps. Réfléchissez à ce que vous devez faire pour les régler pour de bon. Il peut suffire de l’écrire, puis de l’effacer ou de déchirer le papier, ou d’aller voir la personne pour en discuter franchement. N’oubliez pas que l’objectif est de résoudre le problème, pas de mettre de l’huile sur le feu! La plupart d’entre nous ont de la difficulté à lâcher prise. Si vous vous découragez, souvenez-vous que la croissance personnelle suscite parfois un certain malaise (mais que c’est toujours mieux que de laver les plafonds!).
  5. Élaborez un plan d’entretien : Maintenant que vous avez dressé la liste de ce que vous devez faire pour nettoyer le fouillis qui occupe votre esprit, décidez de ce que vous ferez pour maintenir l’ordre. Tout comme il ne suffit pas de passer le balai une fois par année, la clarté d’esprit nécessite qu’on s’en occupe régulièrement. Vous pourriez vous trouver un passe-temps, faire de l’exercice ou de la méditation, ou encore prendre une bonne nuit de sommeil. Peu importe ce que vous ferez, faites-vous la promesse de faire quelque chose pour vous remonter le moral.

À la fin de cet exercice, vous saurez ce qui vous rongeait et ce que vous devez faire pour y remédier. Peu importe le moyen utilisé, mettre de l’ordre dans ses idées peut être très libérateur!

Par Michel Arsenault