Branché sur le monde – survivre aux nouvelles en continu

Publié

Branché sur le monde – survivre aux nouvelles en continuL’information. Nous vivons dans un monde où les nouvelles circulent 24 heures sur 24 : votre fil d’actualité et votre chaîne de radio ou de télévision qui ne présente que des bulletins de nouvelles sont heureux de vous tenir informé de la plus récente cause de mortalité. Même si vous ne voulez pas être au courant des dernières nouvelles, il se peut que votre page d’accueil préférée affiche en direct dans une bannière des événements ayant lieu dans votre région, dans votre pays et partout dans le monde. Il y a aussi les notifications qui émettent une vibration, une sonnerie, un son de carillon et des fenêtres contextuelles pour vous laisser savoir que vous avez reçu un courriel, un micromessage de personnes que vous suivez sur Twitter et une alerte provenant d’autres médias sociaux. Il est question ici que de votre vie personnelle. Ajoutez à cela les notifications liées à votre travail et les choses se compliquent!

Nous sommes tellement en communication avec tout le monde, partout et tout le temps, mais, comme le dirait Oprah, est-ce que tout cela nous aide à vivre une meilleure vie?

Des recherches récentes montrent que le fait d’être en communication constante comporte des pièges :

  • il existe désormais un phénomène appelé « fantôme » : une personne prend son appareil mobile, car elle croit avoir reçu un nouveau message, mais ce n’est pas le cas;
  • les résultats d’autoévaluations indiquent une augmentation croissante de l’anxiété et du stress chez les adultes, chez les jeunes adultes et de plus en plus chez les adolescents;
  • des rapports sur les utilisateurs d’appareils mobiles et de téléphones intelligents indiquent que ceux-ci ne peuvent s’imaginer quitter la maison sans leur appareil.

Il peut être intéressant de considérer les effets de ce phénomène sur vos relations personnelles, professionnelles et familiales. Si vous vous reconnaissez dans l’une des trois situations indiquées ci-dessus, poursuivez votre lecture! Il existe des moyens de trouver l’équilibre entre la pression d’être en communication constante avec le monde et le fait d’être en relation avec les autres.

Attends-moi une seconde, je dois seulement lire, répondre, commenter, envoyer ou partager… Nous avons tous dit quelque chose de similaire lorsque nous sommes arrivés en retard à une activité prévue avec des amis, des membres de la famille ou des collègues. Sur le coup, vous avez peut-être ressenti un sentiment d’urgence : sens en alerte, vision restreinte, augmentation du rythme respiratoire, sensation que votre visage rougit. Ce n’est qu’un courriel, mais en le traitant comme une urgence, nous ressentons des symptômes physiques, émotionnels et neurochimiques similaires à ceux de la réaction de lutte ou de fuite. Cette réaction est très pratique lorsque vous fuyez un danger. Toutefois, en repensant à votre dernière journée, à votre dernière semaine ou à votre dernier mois, combien de fois avez-vous été alerté par des situations vraiment urgentes nécessitant une attention immédiate et complète de votre part?

Nouvelles de dernière heure. Le premier titre, la première bannière, la première alerte ou le premier message qui nous informe de situations d’intérêt ou d’actualité que nous suivons est utile. Cependant, quelle que soit la source d’information, recevoir la même information de manière répétitive peut être inutile et même nous déstabiliser et nous rendre irritables. Visionner sans cesse la couverture médiatique, plus particulièrement les images, d’une catastrophe naturelle ou d’un événement catastrophique peut réellement causer un traumatisme secondaire ou de compassion. Il est bon de se tenir informé, mais une surexposition à des événements sensationnels peut vous mener à une perception fausse du monde.

Peux-tu être plus attentif? Nous sommes maintenant habitués à prétendre que nous fonctionnons en mode multitâche lorsque nous sommes pris en faute dans un moment d’inattention. Comme chaque nouveau stimulus attire notre attention, il est facile de devenir très distrait et de perdre notre concentration. Un manque de concentration lors d’une réunion ou d’une téléconférence peut être gênant. Si vous faites du vélo ou conduisez une voiture, ces distractions peuvent entraîner, et entraînent effectivement, des conséquences bien plus graves. Dans des situations sociales, si vous interagissez davantage avec votre appareil mobile qu’avec vos compagnons, vous pouvez mettre en péril votre lien avec vos amis, et vice-versa.

Pour la plupart d’entre nous, il n’est pas réaliste de se débrancher complètement et, même si nous le pouvions, nous ne voudrions probablement pas le faire de toute façon. Cependant, il existe des moyens d’être suffisamment branché dans notre monde où l’information circule 24 heures sur 24.

Utilisez ces stratégies pour gérer le cycle incessant de nouvelles avec grâce :

  • Décidez du moment et de la fréquence de votre participation. C’est à vous de choisir le moment où vous vérifiez vos alertes et vos courriels et la fréquence à laquelle vous le faites. Utilisez votre agenda pour vous fixer des rendez-vous pour lire vos courriels, vérifier votre page Facebook, etc.  Ce sera difficile au début, mais cela vous aidera à vous sentir mieux à la fin de la journée.
  • Utilisez vos paramètres pour attribuer un degré de priorité aux messages. Définir des règles peut vous aider à marquer les messages qui nécessitent votre attention. L’utilisation de règles vous permet de traiter les courriels de votre patron en priorité et de ne pas donner de priorité à ceux de votre ami qui vous envoie toujours des blagues de mauvais goût.
  • Accordez-vous du temps hors ligne. Décidez si vous passerez ce temps seul ou en compagnie d’êtres chers. Ce qui importe est de vous réserver du temps pour vous concentrer sur vos pensées ou sur la personne avec qui vous êtes.
  • Essayez de réduire le temps que vous passez en ligne ou de pratiquer l’abstinence. Que ce soit seul ou avec un ami, convenez de ne pas accéder à vos médias sociaux pour une période de temps définie. Vous vous sentez très aventureux? Pendant une semaine, faites comme les gens de la vieille école et servez-vous de votre téléphone uniquement pour effectuer des appels.
  • Explorez de nouvelles avenues. Renseignez-vous sur un sujet qui vous intéresse, que ce soit en ligne ou en personne.

Si vous avez du mal à gérer la surcharge d’information et le stress qu’elle peut causer, demandez l’aide d’un conseiller. Décider comment gérer la quantité d’information que vous recevez quotidiennement contribuera à diminuer le sentiment d’urgence créé par chaque nouveau message et chaque nouvelle alerte qui clignote sur votre écran. C’est peut-être là la différence entre être en communication et être en relation avec les autres.