Quantité et qualité : les mythes du fonctionnement multitâche (deuxième billet)

Publié

Quality or quantity – the multitasking myth, Part 2

Dans mon premier billet, j’ai traité des effets pervers du fonctionnement multitâche, comme une baisse de la productivité, un nombre accru d’erreurs, la cécité inattentionnelle, ses répercussions sur les relations interpersonnelles et la suralimentation, pour ne nommer que ceux-là. Ceci dit, si le fonctionnement multitâche n’est pas la solution pour rehausser la productivité, quelles sont les stratégies de rechange?

Une tâche à la fois

Avant l’avènement des ordinateurs personnels, des téléphones cellulaires et des tablettes, le monde évoluait à un rythme plus lent, mais souvent plus efficace. C’est le moment de se reconcentrer sur une tâche à la fois!

Il peut sembler peu naturel d’éloigner les sources de distractions en fermant votre téléphone cellulaire et en fermant votre boîte de réception, mais tentez de passer une partie de la journée à concentrer toute votre énergie et votre attention sur une tâche à la fois. À la fin de la journée, comparez la quantité de travail accompli pendant la partie de la journée où vous avez pu concentrer votre attention sur une tâche, par rapport à l’autre partie de la journée où vous avez adopté un mode multitâche. Vous serez certainement étonné de constater ce que vous pouvez accomplir en concentrant votre attention plutôt qu’en la divisant.

Victor Imbimbo, éditeur de la revue Caring Today, suggère d’intégrer les pratiques ci-dessous à vos habitudes de travail.

1. Classez vos tâches quotidiennes en trois catégories : les tâches prioritaires, les tâches à faire et les tâches souhaitées. Concentrez-vous uniquement sur les tâches prioritaires et ne passez pas à autre chose avant de les avoir terminées!

2. En cas d’imprévus, arrêtez-vous temporairement et classez les nouvelles tâches parmi les trois catégories. Le fait que ces tâches soient imprévues ne veut pas nécessairement dire qu’elles sont prioritaires.

3. Lorsque vous vous sentez dépassé, prenez une courte pause. Le fait de changer de posture change souvent votre état émotionnel. Après avoir retrouvé le calme, revenez à vos tâches prioritaires.

4. Compartimentez. Le fonctionnement multitâche peut sembler pratique, mais vous vous sentirez moins vite dépassé si vous répartissez les tâches en petites étapes et que vous vous concentrez sur une étape à la fois.

5. Demandez de l’aide et (ou) déléguez des tâches. Vous augmenterez ainsi votre motivation! En planifiant votre journée de travail, déterminez qui sont les gens de votre équipe qui pourraient vous donner un coup de main et demandez leur aide.

Selon l’auteur Guy Winch, « accomplir les tâches en blocs fait gagner beaucoup de temps. Effectuez toute votre facturation d’un seul coup ou prévoyez du temps pour envoyer tous vos courriels. Chaque tâche requiert un état d’esprit particulier; il faut donc profiter de l’état d’esprit dans lequel nous nous trouvons pour accomplir toutes les tâches qui s’y rattachent. »

Lisa Haneberg, experte en développement organisationnel, suggère de consacrer des blocs de temps à une tâche, un projet ou une activité en particulier. Ces blocs devraient durer au moins une heure et chaque semaine devrait comporter plusieurs blocs de deux heures.

Le fonctionnement en mode multitâche peut nous donner l’impression d’accomplir beaucoup de choses en peu de temps, mais la plupart du temps, il n’en est rien. Il est peu probable que nous réussissions à enrayer ce mode de fonctionnement, mais avec un peu de planification (et davantage de concentration), nous parviendrons à gérer le stress quotidien au travail de façon plus équilibrée!

Pour consulter d’autres articles et obtenir des renseignements utiles sur la gestion du stress ou si vous vous sentez dépassé dans votre vie professionnelle ou personnelle, visitez le site www.travailsantevie.com.

À PROPOS DE L’AUTEUR
Mark Pundzius possède plus de 15 ans d’expérience en counseling de carrière. Il se spécialise dans la gestion de carrière, de l’avancement et de l’adaptation au changement. Marc a déjà occupé des fonctions de commis administratif, d’agent de service à la clientèle à bord de trains et de gérant de commerce de détail. Il a également été restaurateur d’antiquités et a exploité sa propre auberge. Tous ces métiers l’ont amené à développer une vision très large du marché du travail et un regard unique sur les cheminements de carrière inhabituels. Titulaire d’un diplôme en counseling de carrière professionnel du collège George Brown de Toronto (Ontario), il se passionne pour le domaine en constante évolution qu’est le monde du travail. Mark travaille actuellement comme superviseur au service de counseling de carrière de Shepell∙fgi.

Tags: