Existe-t-il des préjugés à l’égard des travailleurs âgés?

Publié

Existe-t-il des préjugés à l'égard des travailleurs âgés?La bonne nouvelle est qu’un nombre record de travailleurs âgés de 60 ans et plus inondent le marché de l’emploi, et ce depuis 2009. En fait, ces Canadiens comptent pour près d’un tiers de tous les gains d’emplois nets, bien qu’ils ne représentent que huit pour cent de la main-d’œuvre nationale. Encore plus surprenant est le fait qu’environ 37 pour cent de ceux qui ont trouvé du travail au cours de cette période étaient septuagénaires. En revanche, au cours de cette même période, 500 000 travailleurs de moins de 59 ans ont subi des pertes d’emplois nettes.

« La plupart des gains d’emplois depuis le début de la reprise en 2009 ont été concentrés dans les industries de services, y compris les services professionnels, scientifiques et techniques et les soins de santé, mais c’est le domaine de la vente au détail qui en a profité davantage », déclare Francis Fong, économiste chez TD.

D’un autre côté, le gouvernement fédéral a récemment estimé qu’un tiers des salariés âgés travaillent à temps partiel, et le Centre canadien de politiques alternatives estime ce nombre à 39 pour cent. À titre de comparaison, seulement 28 pour cent des employés âgés de 25 à 54 ans travaillaient à temps partiel par choix.

Donc, de nombreux salariés âgés acceptent de travailler à temps partiel parce qu’ils n’ont peut-être pas le choix.

« Il est inquiétant de constater que de nombreuses personnes qui n’ont pas suffisamment épargné plus tôt dans leur vie doivent travailler à la retraite pour combler leurs revenus », indique Francis Fong.

Pour ces travailleurs âgés approchant de la retraite, le lieu de travail peut être rempli de préjugés et entretenir la croyance qu’âgé est synonyme d’obsolète.

Reconnaître l’âgisme au travail

Bien que des lois existent pour protéger les travailleurs contre la discrimination, l’âgisme est pratiqué de façon subtile. Les employés de 50 ans et plus qui subissent l’une ou l’autre des formes de discrimination suivantes, qui relèvent de l’âgisme, risquent de perdre leur sécurité d’emploi :

  • être régulièrement ignoré pour des promotions, des possibilités de carrière et du perfectionnement professionnel;
  • être affecté à des tâches qui devraient être attribuées à un subalterne ou pour lesquelles ils sont surqualifiés;
  • être exclu des séances d’information ou des réunions;
  • être réprimandé pour avoir fait quelque chose que des collègues plus jeunes peuvent faire sans conséquence;
  • être mis à l’écart alors que la direction socialise uniquement avec des employés plus jeunes;
  • les clients avec le plus de potentiel, les projets les plus importants, les affectations les plus intéressantes et les meilleures technologies sont réservés aux  jeunes employés;
  • l’attitude des gens envers eux change une fois qu’ils atteignent un certain âge;
  • les collègues font des commentaires, lancent des blagues et leur posent des questions de façon récurrente au sujet de leur éventuel départ à la retraite.

Si le nombre de travailleurs âgés sur le marché du travail continue d’augmenter, nous devrons nous pencher sur l’âgisme au travail et mettre en place des politiques visant à nous assurer que leurs droits sont protégés au même titre que ceux de tout autre membre du personnel.

« Je crois fermement que le taux de participation des Canadiens âgés sur le marché du travail continuera d’augmenter. Dans un contexte plus large, nous constatons une main-d’œuvre vieillissante et un ralentissement de la croissance de la population. Les pénuries de main-d’œuvre m’inquiètent », déclare Craig Alexander, économiste en chef de la Banque TD.

Si vous êtes victime d’âgisme au travail, dénoncez cette situation à votre supérieur immédiat ou à un représentant des Ressources humaines de votre organisation. Cela fait partie de leur travail de vous aider et d’intervenir, par exemple en prenant des mesures disciplinaires à l’égard de toute personne qui a mal agi, si la situation l’impose. De plus, un conseiller du PAEF peut vous aider à gérer le stress émotionnel auquel vous pouvez faire face. Composez le 1 866 833-7690 ou visitez travailsantevie.com.

À propos de l’auteur
Mark Pundzius possède plus de 15 ans d’expérience en counseling de carrière. Il se spécialise dans la gestion de carrière, de l’avancement et de l’adaptation au changement. Marc a déjà occupé des fonctions de commis administratif, d’agent de service à la clientèle à bord de trains et de gérant de commerce de détail. Il a également été restaurateur d’antiquités et a exploité sa propre auberge. Tous ces métiers l’ont amené à développer une vision très large du marché du travail et un regard unique sur les cheminements de carrière inhabituels. Titulaire d’un diplôme en counseling de carrière professionnel du collège George Brown de Toronto (Ontario), il se passionne pour le domaine en constante évolution qu’est le monde du travail. Mark travaille actuellement comme superviseur au service de counseling de carrière de Shepell∙fgi.
.

Tags: ,