Qui aura les enfants pendant les fêtes?

Publié

Qui aura les enfants pendant les fêtes?Pour la plupart d’entre nous, le temps des fêtes est un moment important dans l’année, car c’est l’occasion de célébrer avec nos proches. Il nous fait revivre des traditions et des souvenirs heureux de notre passé. Le temps des fêtes est aussi bien ancré dans la culture, même si certains souvenirs ne correspondent pas tout à fait à l’idéal que nous reconnaissons très bien dans les chansons, les films et les images. Nos attentes se résument principalement à des moments de bonheur avec nos proches.

Or, le temps des fêtes ne présage pas nécessairement « la plus belle nuit » pour nous tous. Si vos enfants passent les fêtes avec votre ex-conjoint, il est possible que vous vous sentiez trompé, confus et désemparé, ne sachant comment réagir ni comment célébrer et profiter du temps des fêtes. Il est normal de ressentir ces émotions et il importe de les respecter. Toutefois, s’ils occasionnent de la colère et une grande tristesse, ces sentiments peuvent vous priver de la joie de la vie familiale et entraîner des conflits interpersonnels.

Lorsque nous ne pouvons obtenir ce que nous croyons être le mieux pour nous, il faut se replier sur nos valeurs les plus chères. Pour les parents, il s’agit souvent de veiller au bien-être de leurs enfants. Que nos enfants désirent-ils et de quoi ont-ils besoin? Que désirez-vous et de quoi avez-vous besoin?

Il sera déjà très difficile pour vos enfants de s’adapter à cette nouvelle réalité, alors il ne faut pas les piéger entre l’arbre et l’écorce et les forcer à gérer vos propres émotions. Il est possible que vous soyez en colère devant l’éloignement des enfants par votre ex-conjoint ou que vous vous sentiez abandonné ou écarté de ce qui fut une tradition familiale. Au lieu de plonger vos enfants au cœur des conflits découlant d’une séparation, concentrez-vous le plus possible sur les besoins émotionnels de chacun et sur votre mieux-être, en dépit de cette réalité très imparfaite.

Respectez et comprenez les sentiments de tous. Comme je le dis souvent, on ne peut nier les sentiments que nous ressentons. Ils sont bel et bien là. Nous pouvons toutefois les faire changer en modifiant nos pensées. Dans le meilleur des cas, les émotions négatives persistantes ne sont d’aucun secours; dans le pire des cas, elles peuvent mener à une agression et grandement nuire à la santé physique et mentale.

Voici quelques conseils pour vous aider à garder votre sang-froid et éviter les pièges émotionnels qui vous guettent alors que vous vous adaptez à la nouvelle réalité du temps des fêtes.

  1. N’oubliez pas de vous détendre et de profiter de ce que vous avez. Pour gérer les émotions négatives, nous pouvons cultiver la gratitude, c’est-à-dire être reconnaissant de ce que nous avons. Acceptez dignement que certaines choses échappent à votre contrôle.
  2. Soyez enthousiaste pour vos enfants, même si vous ne l’êtes pas réellement. Vous ne vous sentirez certainement pas mieux en vous attardant sur la solitude associée au temps des fêtes passé sans vos enfants. Tentez de tirer de la joie à l’idée d’une nouvelle façon de profiter du temps des fêtes. Qui sait, l’enthousiasme de vos enfants sera peut-être contagieux!
  3. Évitez les réflexions sans demi-mesures. Rien n’est parfait, alors remettez en question les attentes et les nécessités que vous vous imposez, à vous et aux autres. Par exemple, s’exprimer avec les mots « devoir », « falloir » et leurs mots de même famille génère inutilement du stress et de la culpabilité. Lorsque nous imposons nos attentes à autrui avec ces mots à connotation de nécessité, cela crée du mépris, de la colère et du ressentiment. Au lieu d’exprimer la nécessité, parlez de possibilités ou de souhaits et reléguez les attentes perfectionnistes. Il peut y avoir un bon côté à cette situation, à condition de vouloir le trouver. Profitez du bon côté des choses, bien que ce ne soit pas ce que vous auriez initialement souhaité.
  4. Ne réagissez pas… répondez! Essayez de ne pas tenir des choses pour acquises et de ne pas tirer des conclusions hâtives. N’oubliez pas que la colère cache souvent une émotion plus subtile comme la déception, la peur ou la douleur. Tentez de gérer ces sentiments au lieu de rester en colère.
  5. Ouvrez-vous à la pleine conscience. Plusieurs activités spirituelles peuvent vous aider. Une activité très prisée à l’heure actuelle est la méditation de pleine conscience. La prière ou un autre rituel spirituel sont aussi des approches à considérer.
  6. Parlez de vos sentiments avec une personne de confiance qui vous soutiendra. Si vous n’arrivez tout simplement pas à apaiser votre crainte d’un temps des fêtes gâché par l’absence de vos enfants, n’hésitez pas à demander de l’aide à vos proches. Donnez-vous la possibilité de valider vos émotions et écoutez le point de vue de ceux qui ne sont pas piégés dans votre situation. Vos amis et votre famille peuvent s’avérer d’un grand réconfort, tout comme les conseillers de votre programme d’aide aux employés et à la famille.

Pour obtenir des conseils ou des renseignements complémentaires, visitez le site travailsantevie.com.

 

 

Tags: ,