Ce n’est peut-être pas qu’un simple mal de dos

Publié

Ce n’est peut-être pas qu’un simple mal de dosDes rapports de recherche indiquent que 85 % des travailleurs souffriront de maux de dos au moins une fois dans leur vie. Chez la plupart des personnes, ces maux disparaîtront en quelques semaines, qu’elles reçoivent des soins ou non. Toutefois, chez d’autres personnes, les maux de dos persisteront bien au-delà de leur évolution naturelle et pourront s’accompagner de complications en raison d’un certain nombre de facteurs, y compris la dépression.

Les personnes souffrant de douleur au bas du dos mentionnent souvent être atteintes de dépression, et celle-ci est encore plus fréquente chez les gens aux prises avec une maladie chronique (depuis plus de trois mois). Des études indiquent que plus de 20 % des adultes atteints de lombalgie présentent des symptômes de dépression clinique. La relation exacte entre la dépression et la douleur au bas du dos n’est pas encore tirée au clair, mais nous savons que la complexité de la maladie et du traitement augmentent si les maux de dos vont de pair avec un trouble dépressif.

Généralement, les personnes qui souffrent simultanément de douleurs lombaires et de dépression se plaignent souvent d’insomnie, de fatigue et de la perte de leur forme physique. Ces symptômes ne font qu’aggraver la douleur et le sentiment de désespoir. En conséquence, une prise en charge rapide et adéquate des douleurs lombaires et de la dépression est particulièrement importante afin d’éviter qu’elles se transforment en maladie chronique (c’est-à-dire qu’on réussit à les contrôler pendant quelque temps, puis elles reviennent).

Les personnes souffrant de douleurs lombaires et de dépression sont encouragées à consulter un professionnel de la santé, comme un médecin, un chiropraticien ou un conseiller. Une intervention précoce peut grandement améliorer votre santé, votre qualité de vie et votre bien-être. Des études ont montré qu’une approche concertée et intégrée fonctionne le mieux. En cas de doute, obtenez les conseils d’un médecin.

Afin de contribuer activement à leur rétablissement, les gens sont incités à suivre ces deux recommandations afin de gérer à la fois la douleur au bas du dos et la dépression et d’éviter qu’elles s’aggravent :

  1. Demeurez actif. Le repos au lit n’est pas recommandé pour traiter la douleur au bas du dos; il est généralement conseillé de faire un peu d’exercice physique en tenant compte de votre état de santé et en respectant certaines limites. Il a également été démontré que la pratique d’une activité physique réduit considérablement les risques de dépression.
  2. Dormez bien. Un sommeil reposant et réparateur est essentiel pour optimiser votre rétablissement. Visez au moins de sept à neuf heures de sommeil ininterrompu. Il est préférable de dormir sur le dos, et pour le confort, vous pouvez choisir de placer un petit coussin sous vos genoux. Le repos a un double effet sur ​​le rétablissement : il aide à soulager vos maux de dos ainsi que vos sentiments de tristesse et de désespoir.

Étant donné que tant de personnes souffrent de maux de dos sous une forme ou une autre, et pour appuyer la Journée mondiale de la colonne vertébrale, les Canadiens peuvent en apprendre davantage sur la santé et les affections vertébrales et contribuer à la sensibilisation à ce type de maladie par l’entremise de l’Association chiropratique canadienne (ACC). L’ACC représente 7 000 chiropraticiens agréés; elle défend les intérêts des membres et des patients pour faire progresser la qualité et l’accessibilité des soins chiropratiques au Canada et améliorer l’efficacité du système de santé.

Pour participer à la Journée mondiale de la colonne vertébrale, visitez le site Web, à l’adresse www.worldspineday.org (en anglais seulement). Pour obtenir de plus amples ressources sur le traitement chiropratique, visitez le site Web de l’ACC.