Comment parler de ma santé mentale à mes enfants?

Publié

Comment parler de ma santé mentale à mes enfants?Dans la vie d’un parent, il y a une seule certitude : celle d’être confronté à des difficultés, des changements et des situations de crise. Des conversations au sujet des horaires, des vacances et des activités hebdomadaires forment une grande partie de la vie familiale. Si l’un des parents éprouve du stress en raison de problèmes, la communication familiale pourrait s’en ressentir.

Dans un contexte où 1 Canadien sur 5 éprouve un problème de santé mentale au cours de leur vie, les parents touchés sont souvent en proie à des sentiments de honte et de culpabilité, ou peuvent être trop gênés pour en parler à leurs enfants.

En raison de ces sentiments, qui poussent les gens souvent à s’isoler, certains parents tenteront de cacher leurs symptômes aux yeux de leurs enfants pour ne pas bouleverser la vie familiale. Il n’est pas facile de commencer une conversation avec vos enfants sur un sujet aussi délicat que votre santé mentale. Toutefois, cette conversation est l’occasion d’établir une communication plus sincère et de renforcer votre relation avec eux, ce qui favorisera une plus grande ouverture à long terme.

Comment aborder le sujet de votre santé mentale avec vos enfants?

  1. Rompez le silence – le silence engendre la peur et davantage de silence, jusqu’au point où il devient la norme. Dissimuler ou cacher des symptômes, chuchoter à l’oreille de votre conjoint, envoyer vos enfants dans une autre pièce ou interrompre une conversation à leur arrivée instaure un climat de silence. De tels comportements indiquent aux enfants qu’il se passe quelque chose d’anormal, mais dont il ne faut pas parler. Dans ces situations, les enfants s’imaginent le pire et éprouvent beaucoup d’inquiétude.
  2. Assurez un climat sécurisant  créez un environnement propice au dialogue avec vos enfants, où ils se sentiront à l’aise de poser des questions.
  3. N’évitez pas le sujet – si un parent tente de dissimuler le fait qu’il éprouve des difficultés liées à la santé mentale, les enfants associeront un sentiment de honte aux maladies mentales. Par exemple, si l’on parlait de dépression avec autant d’ouverture que s’il s’agissait de diabète, cela réduirait la stigmatisation et les enfants se sentiraient davantage en sécurité. Recherchez les occasions d’aborder le sujet naturellement.
  4. Tenez compte de l’âge de vos enfants – ils ont besoin d’être rassurés, de savoir que le problème n’est pas leur faute. La conversation doit être adaptée à l’âge et à l’intérêt de vos enfants.
  5. Encouragez vos enfants à poser des questions – incitez-les à donner leur point de vue et à exprimer leurs inquiétudes. Soyez aussi honnête que possible en répondant aux questions, mais n’hésitez pas à établir des limites.
  6. Normalisez les problèmes de santé mentale – renseignez vos enfants sur la santé mentale afin de réduire au minimum les sentiments de gêne et de honte qu’ils pourraient ressentir.
  7. Obtenez du soutien – pour demander de l’aide à un conseiller de votre programme d’aide aux employés et à la famille, composez le 1 866 833-7690 ou visitez le travailsantevie.com

Tags: