Vous en avez assez d’être traité de dépendant affectif? La réalité est plus complexe que cela!

Publié

Vous en avez assez d’être traité de dépendant affectif? La réalité est plus complexe que cela!Au cours de l’évolution, les individus qui formaient un attachement amoureux avec une autre personne avaient une longueur d’avance sur le plan de la sélection génétique.

En plus d’assurer leur survie, ils avaient quelqu’un qui s’intéressait à eux, et ils transmettaient à leur progéniture une préférence pour les liens intimes. Par conséquent, la théorie de l’attachement repose sur l’affirmation que la nécessité d’être dans une relation étroite est purement naturelle, car elle est intégrée dans nos gènes. Cependant, comme c’est le cas pour tout trait biologique héréditaire, le besoin d’attachement varie d’une personne à l’autre.

L’attachement se présente en trois styles, dont aucun n’est considéré comme étant pathologique.

  • L’attachement sécurisant : les personnes sécurisées se sentent à l’aise avec l’intimité et, en général, elles sont chaleureuses et aimantes.
  • L’attachement d’évitement : les personnes qui évitent de s’attacher assimilent l’intimité à une perte d’indépendance et, par conséquent, elles réduisent la proximité au minimum.
  • L’attachement anxieux : les personnes présentant le style anxieux recherchent l’intimité à tout prix; elles sont constamment préoccupées par leur relation de couple et elles ont tendance à craindre que l’amour qu’elles portent à leur conjoint ne soit pas réciproque.

Les personnes présentant le style d’attachement anxieux ont une très grande aptitude pour l’intimité et les relations fusionnelles. Cependant, elles craignent souvent que leur conjoint n’éprouve pas le même besoin d’intimité, ce qui les rend anxieuses. De plus, elles ont cette capacité unique de déceler le moment où leur relation est menacée.

Lorsqu’elles éprouvent ce type d’insécurité, elles activent leur système d’attachement :

  • elles se cramponnent davantage;
  • elles sont incapables de se concentrer sur le travail;
  • elles pensent constamment à leur relation;
  • elles deviennent hypersensibles;
  • elles téléphonent ou envoient des courriels sans cesse;
  • elles tentent de rendre le conjoint jaloux.

Ces comportements sont déclenchés par la crainte d’un danger et la perception que le conjoint est passif et donc, que leur relation de couple est en péril. Cette façon de penser n’est pas un signe de faiblesse et elle n’indique pas que ces personnes souffrent d’un trouble ou d’une codépendance. Elle serait plutôt une compétence de survie évolutive qui montre que leur système d’attachement est activé. Dès que cela se produit, elles sont incapables de se calmer jusqu’à ce qu’elles obtiennent de leur partenaire un indice montrant que leur relation est sûre.

Pour les personnes présentant un style d’attachement anxieux, il est essentiel de le savoir et de le comprendre, car, si elles sont à la recherche d’un amoureux, elles devront trouver une personne offrant un style d’attachement sécurisant.

Revenez nous lire pour recevoir des conseils à l’intention des personnes présentant un style d’attachement anxieux. Si vous désirez obtenir un soutien immédiat afin de gérer l’anxiété ou de connaître les moyens d’entretenir une relation saine, visitez notre site à travailsantevie.com où vous pourrez en tout temps demander du counseling ou accéder à des ressources sur les principes fondamentaux d’une relation saine.

Adaptation d’un article de Lise Allen, conseillère à Calgary, en Alberta.

Tags: , , ,