La rage au bureau : de violents accès de colère au travail

Publié

La rage au bureau : de violents accès de colère au travail

Un récent sondage réalisé au Royaume-Uni a révélé que 48 % des travailleurs ont déjà eu un accès de rage au bureau.

Semblable à la rage au volant, la rage au bureau découle d’une perte de contrôle de soi qui peut mener à des gestes violents, comme lancer ou détruire des fournitures de bureau. De notre côté de l’océan, une étude de l’Organisation internationale du travail (OLI) a révélé que les travailleurs canadiens du secteur de la santé sont plus susceptibles que leurs homologues des États-Unis de faire l’objet de voies de fait dans leur milieu de travail. En fait, le Canada arrive au quatrième rang mondial en ce qui concerne la violence en milieu de travail.

En raison de l’incertitude des emplois et de l’alourdissement continu des charges de travail, de plus en plus d’employés sont en proie à un stress intense. La rage au travail connaît une montée en flèche. Le moindre incident peut devenir un élément déclencheur : une tasse de café sale, un télécopieur bloqué, etc. Mais, peu importe l’élément déclencheur, le problème doit être résolu dès qu’il survient.

Si vous êtes témoin d’un cas de rage au travail, voici des suggestions qui vous aideront à atténuer quelque peu la situation.

Demeurez calme. Hausser le ton et être aussi bruyant que la personne qui s’emporte ne fera qu’augmenter le niveau de stress. Si la personne doit se calmer pour entendre ce que vous lui dites, vous maîtriserez vite son emportement. Abordez la situation en faisant preuve de compréhension, car vous avez devant vous une personne qui cherche désespérément à se faire entendre. Elle n’arrêtera pas tant qu’elle ne sera pas écoutée.

Demander à quelqu’un de se calmer produit habituellement l’effet contraire. Laissez la personne se vider le cœur. Maintenez un contact visuel, mais ne répondez pas tant que la personne ne se sera pas calmée. La plupart des gens qui s’emportent attendent une réaction. Si celle-ci ne vient pas, ils sont tôt ou tard forcés de prendre une approche plus calme.

N’acceptez pas le comportement violent. Les gens continueront d’agir de façon incorrecte s’ils ne font face à aucune conséquence. Si le comportement violent se poursuit, n’allez pas plus loin dans le dialogue de colère. Dites à votre collègue que vous ne désirez plus lui parler tant et aussi longtemps qu’il ne se sera pas calmé et allez-vous-en. Demeurez calme, mais ferme à chaque incident de la sorte.

Communiquez avec votre gestionnaire des Ressources humaines. Cette situation peut avoir des répercussions sur votre productivité et celle de votre équipe. Il est important de demander de l’aide à votre gestionnaire ou au service des Ressources humaines pour tenter de régler la situation.

Faites appel à des ressources externes. En tout temps, si vous craignez qu’une personne qui s’emporte au travail présente un risque pour ses collègues ou pour sa propre sécurité, communiquez immédiatement avec les autorités compétentes. Néanmoins, s’il n’existe aucun danger, vous pouvez faire appel à un conseiller du programme d’aide aux employés et à la famille (PAEF) de votre entreprise à propos de cette situation.

Un milieu de travail sain est un environnement dans lequel les gestionnaires et les employés sont en mesure de déceler les comportements négatifs. Si vous projetez une attitude calme, vous inspirerez le calme. Si vous faites preuve de pondération, vous inciterez les autres à faire de même.

 

Tags: , ,