Comment parler à vos enfants des sextos et de la sécurité en ligne

Publié

Comment parler à vos enfants des sextos et de la sécurité en ligneAlors que les parents s’efforcent de composer avec l’idée de l’envoi de sextos et de matériel sexuellement explicite par Internet, un adolescent sur quatre s’y adonne.

Les adolescents sont curieux de nature et il y a de fortes chances qu’ils explorent leur sexualité en utilisant des moyens que leurs parents n’auraient jamais imaginés avant l’ère du numérique. Dans le cadre d’une étude récente publiée dans la revue Pediatrics, des chercheurs de l’université Southern California ont constaté que les adolescents qui envoient des sextos sont sept fois plus susceptibles d’être sexuellement actifs et de prendre des risques.

L’étude a également révélé que :

  • 15 % des adolescents qui ont un téléphone cellulaire l’ont utilisé pour envoyer des sextos;
  • 54 % des adolescents qui connaissent une personne qui a fait du sextage sont 17 fois plus sujets à envoyer des textos.

Après avoir lu ces statistiques, vous pourriez être tenté de priver votre enfant de son téléphone cellulaire; cependant, les experts dans ce domaine recommandent plutôt aux parents de renseigner leurs enfants sur les risques inhérents à ce genre d’activités.

Susan Lipkins, une psychologue spécialisée dans le domaine du bizutage et de l’intimidation, a effectué une recherche approfondie pour mieux comprendre le phénomène du sextage. Voici ce qu’elle en dit :

« Bien que ce brusque changement de style de communication effraie les adultes et les rende mal à l’aise, pour les adolescents, il s’agit vraiment d’un moyen d’exprimer leur sexualité. En général, les filles ne sont pas à la recherche d’une relation sexuelle : elles cherchent à explorer librement la sexualité. Les sextos ne sont que le reflet de cette exploration. »

Cependant, cette liberté et la recherche de nouvelles expériences peuvent avoir des conséquences néfastes, comme ce fut le cas pour Julia Kirouac d’Oakville (Ontario), 15 ans, dont le petit ami a décidé de partager ses photos érotiques avec des centaines d’élèves de leur école. Ces photos sont tombées entre les mains de la nouvelle petite amie de celui-ci, qui les a publiées sur Facebook. Quelques heures plus tard, les photos devenues virales s’étaient propagées dans quatre écoles de la région.

La honte, l’intimidation et le harcèlement étaient tels que Julia a tenté de se suicider :

« Sur Facebook, les jeunes m’appelaient salope, pute et beaux seins, nous dit Julia. J’ai été humiliée et la confiance que j’avais envers mon ami a été anéantie… J’ai eu l’impression d’avoir été violée. »

L’intimidation avait pris tellement de proportions que Julia a dû changer d’école.

Le sextage est une autre forme de cyberintimidation et, bien que les législateurs soient réticents à condamner des mineurs, d’autres n’ont pas été aussi chanceux. L’envoi et la réception d’images et de photos de mineurs nus et presque nus sont considérés comme étant de la pornographie infantile et, à ce titre, font l’objet de graves conséquences : un an de prison au moins et l’inscription au registre national des délinquants sexuels.

En tant que parent, que pouvez-vous faire pour renseigner vos enfants au sujet du sextage?

Les parents doivent aborder ce sujet avec délicatesse, mais sans tarder. Pour savoir ce qui se passe dans la vie de votre enfant, vous devez pouvoir dialoguer avec lui. Comme entrée en matière, vous pouvez parler de l’expérience de Julie Kirouac et souligner le fait que tout message envoyé par Internet peut être vu par n’importe qui. En réalité, le meilleur moyen de protéger les enfants consiste à leur parler ouvertement de leur responsabilité et des risques.

Des conseils pour vous aider à renseigner vos enfants sur le sextage et la sécurité en ligne

  • Sachez qui sont les amis de votre enfant, en ligne et hors ligne.
  • Renseignez-le sur les conséquences de ses gestes et soulignez l’importance de réfléchir deux fois plutôt qu’une avant de cliquer sur le bouton Envoyer.
  • Donnez-lui des exemples qui lui permettront de comprendre les conséquences à long terme de la création et de la diffusion de matériel illicite.
  • Demandez-lui de supprimer toutes les photos de nus qu’il a reçues et de dire à l’expéditeur d’en cesser l’envoi immédiatement, car aux yeux de la loi, le destinataire est tout aussi coupable.
  • Apprenez à votre adolescent à ne pas réagir impulsivement à tout ce qui est en ligne ou texté. Proposez l’utilisation d’un filtre pour prévenir les réactions impulsives.
  • Précisez que dès que les photos sont dans le cyberespace, elles y restent et qu’il est impossible de savoir par qui elles seront vues ou diffusées.
  • Encouragez votre enfant à partager avec ses amis ce qu’il a appris.

Pour obtenir des conseils, des outils et du soutien afin de savoir comment communiquer plus efficacement avec votre adolescent, visitez le site travailsantevie.com.

Rédigé à partir de documents de Celeste Sinclaire, conseillère à temps plein à Edmonton.

Tags: , , ,