Avoir l’alcool mauvais : lorsque l’excès d’alcool engendre la colère et la violence

Publié

Avoir l’alcool mauvais : lorsque l’excès d’alcool engendre la colère et la violenceAvez-vous déjà regretté des gestes posés sous l’influence de l’alcool?

Il est bien connu que l’alcool atténue les inhibitions et le contrôle de soi. Le site YouTube regorge de vidéos de gens qui commettent des gestes inhabituels et embarrassants pour leur entourage alors qu’ils sont sous l’emprise de l’alcool. Et cela n’est rien en comparaison des autres conséquences possibles et bien plus tragiques d’une consommation abusive d’alcool, comme un décès lié à la conduite en état d’ébriété. Si vous ne voulez pas vous retrouver dans une pareille situation, ce texte s’adresse à vous.

La consommation d’alcool vous prive de votre faculté de reconnaître et de réagir aux indices des interactions sociales. Lorsque ces mécanismes de contrôle internes et externes sont réprimés, l’état réel d’une personne a davantage de chances de faire surface, et ce, sans égard aux conséquences.

Une personne peut alors se transformer littéralement aux yeux des autres. Elle peut semer la bonne humeur autour d’elle et rehausser l’ambiance de fête, alors que l’inverse peut aussi se produire. La personne qui a l’alcool mauvais peut laisser la colère et la violence l’envahir. Souvent, cette colère et cette violence sont exprimées à l’égard des proches et peuvent avoir des conséquences irréparables.

Si vous craignez que la colère vous fasse perdre vos moyens en raison de la consommation d’alcool, voici quelques suggestions pour vous :

  • testez vos limites de consommation d’alcool;
  • demandez à vos amis et à votre famille de vous aider à contrôler votre consommation d’alcool;
  • tentez de rester sobre pendant de brèves périodes de temps.

Tentez de percevoir une différence dans l’expression de votre colère incontrôlée. Était-ce difficile de limiter la quantité ou la consommation d’alcool?

Modifier des habitudes de consommation d’alcool et examiner ses réactions de colère peut s’avérer décourageant. Vous n’avez pas à surmonter cette épreuve par vous-même! Plusieurs options s’offrent à vous :

  • demander de l’aide à un conseiller professionnel ou un médecin;
  • obtenir du soutien auprès d’organismes communautaires venant en aide aux personnes aux prises avec un problème d’alcool ou de drogues;
  • utiliser un programme d’aide aux employés (PAE)
  • se joindre à un groupe d’entraide (p. ex., les Alcooliques anonymes)
  • se confier à un ami ou à un proche.

Il est difficile de reconnaître que l’on souffre peut-être d’un problème d’alcool et de colère; rares sont ceux qui admettent avoir perdu leur calme. Demandez du soutien à autrui pour améliorer votre mode de vie.

Pour communiquer avec un conseiller et créer un plan de changement positif, visitez notre site TravailSanteVie


Tags: , ,